« Il faut toujours que j’écrive »

Publié le Mis à jour le

J’ai 44 ans. Je m’efforce à écrire du mieux possible les portraits des personnes que l’on croise à Autremonde.

Je suis arrivée à l’association au printemps 2015. J’avais trouvé une annonce qui disait qu’Autremonde cherchait quelqu’un pour alimenter le blog. Mais je ne pouvais pas m’attacher à cette tâche comme ça ; il fallait d’abord que je choisisse une mission. J’ai donc opté pour les ateliers de Français (niveau 1 à La Mare). Après quelques sessions de formation et des temps d’observation, j’ai fait ma rentrée à l’automne 2015. Mes premiers portraits sont ceux des élèves de mon atelier. J’en suis très fière, notamment des premiers, car les apprenants ont accepté de me faire confiance en me racontant un bout de leur histoire. C’est un beau cadeau.

J’ai une affection particulière pour Autremonde. Je trouve que c’est un beau bazar. Mais un bazar au sens noble du terme : on y trouve de tout ! Des visages de tous horizons, des cultures différentes et une multitude d’activités. Égoïstement, apporter ma pierre à ce bel édifice en écrivant pour le blog, par exemple, est un excellent exercice. Cela donne un véritable sens à mes écrits. Mais plus que tout, c’est une expérience humaine d’une grande richesse.

Que ou qui voudrais-tu être ?
Tomi Ungerer. D’abord parce que j’aimerais savoir dessiner. Et dessiner comme lui ! J’aime tout dans ce personnage : son imaginaire, son impertinence. C’est un artiste incroyable !

Quel don de la nature aimerais-tu avoir ?
Le don des langues. J’aimerais savoir parler toutes les langues du monde pour pouvoir toujours parler avec tout le monde.

Que détestes-tu par dessus tout ?
L’ignorance. Elle rend bête et méchant.

Une anecdote ou un souvenir ?
Quand j’étais petite, mon grand-père m’emmenait souvent à Biarritz. Il y avait là-bas des bassins où je pouvais faire naviguer mon bateau, en le tirant avec une ficelle. Ce qui devait arriver arriva : un jour, j’ai lâché la ficelle. Je me suis trop penchée pour la rattraper et j’ai perdu l’équilibre, entraînant dans ma chute un de mes frères. Mon grand-père riait tellement qu’il a mis un quart d’heure avant de nous sortir, trempés, du bassin (sous l’œil outré des passants) !

clarisseY a-t-il un objet que tu as toujours sur toi ?
J’ai toujours un stylo sur moi. Il faut toujours que j’écrive.

Si tu étais un cartoon, tu serais ?…
J’adore les dessins animés ! Mais j’ai un faible pour Le roi et l’oiseau de Paul Grimault. J’aime les dessins, j’aime l’histoire, les personnages, les textes et les chansons.

Un(e) acteur/actrice ?
Ronit Elkabetz. C’est une immense actrice – et réalisatrice – israélienne. Elle est magnifique. Il faut la voir dans La visite de la fanfare d’Eran Kolirin.

Un livre ?
La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé. Je n’aimais pas la couverture de ce livre qu’on m’avait offert et du coup, je ne me décidais pas à le lire. Un soir, alors que je sortais et que je ne voulais pas prendre de sac, je me suis résignée à le choisir ; c’était le seul qui rentrait dans ma poche ! Je l’ai commencé et l’ai terminé dans la nuit.

Un(e) chanteur/chanteuse ?
Pour tout le monde, il vaut mieux que je ne chante pas !

Un musicien ?
John Coltrane.

Un(e) réalisateur/réalisatrice ?
Wes Anderson. J’adore son univers.

Un peintre ?
Marc Chagall. Définitivement mon peintre préféré.

 

Clarisse, bénévole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s